Err

  •  
  • Informations
  • Contactez-nous
  •  

Garder son cheval en état l'hiver

Garder son cheval en état l'hiver

Si une majorité de nos chevaux domestiques est en surpoids avec des scores corporels au-dessus de 6 sur 9 (voir article sur l’évaluation du score corporel), certains chevaux âgés ou au métabolisme rapide ont plus de mal à se tenir en état et peuvent devenir maigres, principalement l’hiver et lorsqu’ils vivent dehors. Pur-sang anglais (le plus rapide des métabolismes),chevaux de selle type selle français ou étranger, certains trotteurs et anglo-arabes, etc. ont donc souvent des besoins supérieurs pour rester en état et conserver une musculature harmonieuse.

Voici donc plusieurs points à surveiller avant même de parler alimentation, pour permettre à ces chevaux de passer un hiver le plus serein possible, sans perdre ni trop de poids, ni trop de muscles:

- Une perte d’état rapide à l’automne (ou au printemps) peut être indicatrice d’une maladie sous-jacente type maladie de lyme, piroplasmose, ehrlichiose (et autres maladies liées aux tiques notamment), même si une prise de sang classique a été réalisée et qu’elle n’indique rien de particulier (ni anémie, ni augmentation des globules blancs etc.). En effet, ces maladies peuvent être quasiment asymptomatiques surtout en cas de complémentation régulière avec un CMV et lorsque le système immunitaire général du cheval est performant.
La repousse de l’herbe en fin d’été va entraîner une augmentation mécanique du taux de fer ingéré par le cheval (qui en mange des quantités souvent importantes à cette époque), fer utilisé par la bactérie pour se développer.
Votre vétérinaire pourra vous aider à ce sujet en proposant des sérologies afin de détecter si votre cheval est porteur de l’une de ces maladies et ainsi pouvoir la traiter avant l’hiver.



- Les parasites intestinaux se développent souvent à l’automne avec l’humidité et les températures clémentes. Une coproscopie (analyse des crottins) permettra de déterminer si votre cheval est infesté, à quel taux, par quel parasite, pour définir avec votre vétérinaire s’il faut vermifuger ou non et avec quelle molécule.

- Un vermifuge, vaccin, traitement médicamenteux/anti-inflammatoire, un gros épisode de stress, des quantités importantes de sucre ou amidon ingérées, sont autant de facteurs parmi d’autres pouvant affaiblir la flore intestinale de votre cheval. La synthèse des vitamines du groupe B ne se fait plus correctement alors qu’elles sont responsables du métabolisme des glucides, des protéines et des lipides. Il est donc indispensable de prendre soin du microbiote de son cheval pour que les aliments soient assimilés correctement, et une cure de prébiotiques et probiotiques avant l’hiver et/ou après un événement perturbant la flore sera la bienvenue.

 - Et bien sûr, un contrôle dentaire en cas de perte de poids sera primordial : mauvaise dentition = mauvaise salivation= acidification de l’estomac = mauvaise assimilation des aliments. C’est dans la bouche que commence la digestion !



Il sera parfois nécessaire de prendre l'avis d'un ou de plusieurs dentistes

 

Et donc concrètement, comment faut-il nourrir un cheval âgé ou au métabolisme rapide ?

Apporter suffisamment de protéines pour couvrir les besoins journaliers : entre 630g et 720g de protéines pour un cheval de 500kg en maintenance (bien plus si le cheval a une activité) !
Le foin apporte beaucoup moins de protéines que l’herbe (parfois moins de 70g par kilo!), il faut donc compléter les apports avec un aliment en contenant si nécessaire, même si le foin est donné à volonté. Les sources de protéines sont nombreuses et comportent toutes des avantages mais aussi des inconvénients (trop de sucre, trop de fer, trop d’amidon etc.). Vous pouvez nous contacter pour définir celles qui seront adaptées selon le métabolisme de votre cheval.  

Les fibres créent de la fermentation dans legros intestin, fermentation qui dégage de la chaleur. Le foin à volonté sera donc indispensable pour limiter les pertes d’énergie à cause du froid. Pour le cheval âgé, il faudra parfois apporter des bouchons de foin pour augmenter la quantité de fibres au quotidien. Augmenter de manière importante les rations de céréales ne réchauffera pas les chevaux car il s'agit d'une digestion enzymatique qui ne produit pas de chaleur, contrairement à la digestion des fibres qui se fait par fermentation.
Dans certains cas, il sera utile de couvrir un cheval âgé, sensible ou immunodéprimé car les métabolismes rapides ne sont pas résistants à la leptine (hormone de satiété) et arrêtent de manger une fois leur satiété atteinte (selon le foin, les besoins en énergie et/ou en protéines pourront encore une fois ne pas être couverts). 

 - Couvrir les besoins en acides gras essentiels,notamment oméga 3, par le biais de lin extrudé ou d’huile de lin. La graine de lin crue n’est pas digérée, la graine de lin cuite perd ses apports en oméga 3.Le lin est également une bonne source de protéines et permet un bon fonctionnement du système immunitaire !

 - Couvrir les besoins en vitamines, minéraux et oligo-éléments :
En zinc pour un bon système immunitaire (qui dit infection, maladie, virus, dit souvent perte d’état corporel) et la bonne structure des protéines
En vitamines B si la flore intestinale n’est pas assez performante car sans elles l’assimilation des protéines se fait mal
En vitamine E qui permet entre autres de conserver l’intégrité des muscles
En vitamine D pour l’absorption du phosphore et du calcium et l’intégrité des tissus
En vitamine A (lorsque le fourrage n’est pas vert)pour la maintenance des tissus et du système immunitaire.
En acides aminés essentiels : lysine pour la structure des protéines et le développement musculaire, méthionine pour les articulations et la bonne croissance du poil à cette période

La liste n’est pas exhaustive mais reprend les éléments indispensables au maintien en état.
Voir les différences entre herbe et foin ici 

 
En conclusion : si votre cheval va bien, n’a pas de maladie, pas de problème de dents ou de flore intestinale, du foin à volonté, et qu’il maigrit de manière significative à l’arrivée de l’hiver, le manque de protéines de qualité sera probablement la cause principale !

Selon l’âge,le métabolisme, la race, les besoins en protéines peuvent être décuplés et ne doivent pas être sous-estimés chez ces chevaux qui pourront rarement être nourris uniquement au foin et CMV pendant l’hiver.


Rédigé le  18 déc. 2019 8:52  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site